Carnet de route

Fin de saison au Mont Vélan...

Le 12/04/2015 par florian Gerault

Au printemps 2012, alors que je m’étais licencié un peu par hasard au Club Alpin et qu’il me tardait de découvrir les activités proposées, je tombais sur le dernier compte rendu en ligne sur le site intitulé «  Fin de saison au Mont Dolent ». C’est donc non sans une certaine malice que j’inscris mon premier compte rendu de « chef de course » dans les pas de mes illustres aînés et formateurs. Leur patience tend à être pour partie récompensée !

Depuis, je suis moi aussi allé au Mont Dolent en compagnie de Corine, mais à pieds (!). Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de visiter ces deux sommets, disons pudiquement que le chaussage des skis au sommet du Vélan y est plus aisé.

Encore faut-il y arriver, au sommet ! En ces temps particulièrement chauds et ensoleillés, la randonnée à ski a parfois davantage des allures de randonnée tout court, le matériel en plus. C’est en compagnie des Corinne’s, de Vincent et de Bruno que nous nous élançons sur ce bel itinéraire, sur une idée de Laurent qui ne pourra malheureusement pas en profiter avec nous.

Vers 2100m d’altitude, les verts alpages disparaissent enfin sous le manteau neigeux. Plus pour très longtemps eu égard au soleil de plomb qui nous assomme, et seule la perspective de bières fraiches au refuge parvient à nous motiver pour conserver un rythme de progression soutenu.

Les hélicoptères des secours qui tournent toute l’après-midi nous rappellent que le col de la Gouille reste un passage exposé, en neige raide et orienté plein Est. C’est donc un peu déboussolés par un réveil à 4h45 que nous partons dans la nuit, rapidement doublés par deux groupes de guides. Le lever du jour sur le glacier de Tseudet est magique.

Mis à part les traditionnels embouteillages, le passage du col de la Gouille se déroule bien : une montée en rochers faciles, suivie d’une descente en neige bien tracée versant Valsorey. Tellement bien tracée que parfois la glace n’est pas loin et il faut rester attentif. Une belle expérience alpine pour nos skieuses invétérées, peu familières de ce genre d’exercice.

Une fois sur le glacier de Valsorey, les nuages montent petit à petit et la visibilité se réduit. Une traversée sur le plat du glacier nous permet encore d’admirer de loin les séracs imposants, puis nous franchissons deux murs raides. Le dernier, grimpé skis sur le sac, nous amènera au plateau sommital dans un brouillard particulièrement dense. Petite déception au sommet, sur le plat et sans visibilité. Une simple petite butte de neige pour matérialiser le point culminant, à croire que la laïcité gagne les sommets !

Fort heureusement, le voile nuageux restera haut en altitude et nous permettra d’y voir clair à la descente, l’absence de soleil évitant à la neige de trop s’humidifier. S’ensuit une glisse magnifique menée tambour battant dans une neige légère, et de belles sections dont le très beau couloir Nord-Est, entre 35 et 40° sur 250m au dire des topos. La fin de la descente sera particulièrement ludique, entre franchissements du torrent sur des ponts de neige aléatoires et encore un peu de « pente raide » au milieu des touffes d’herbe sur de minces langues de neige. Re-peautage évité, ouf ! Restera 1h de portage au royaume des peluches bondissantes, également appelées marmottes.

 Puisqu’il faut bien conclure, bouclons la boucle et revenons-en au titre : alors que plus de la moitié du groupe a booké des 4000 à ski sur les différents ponts du mois de mai, n’est-il pas quelque peu abusif de parler de fin de saison ? Sans doute, car si la neige nous aura fait défaut au début de l’année, la passion et la  motivation de certain(e)s nous laisserait presque croire que la saison de ski ne s’arrête jamais !







CLUB ALPIN FRANCAIS DIJON
5 RUE CAPORAL BROISSANT
21000  DIJON
Contactez-nous
Tél. 03 80 43 86 02

Lien Facebook

image Plus d'infos
Agenda