Carnet de route

Sortie au gouffre Berger jusqu'à la salle du Balcon

Le 08/08/2018 par François Br

Par un chemin montant, sablonneux, malaisé et de tous les côtés à la nuit exposé, nous cheminions, lentement, vers le plateau de la Molière. Lentement, chargés comme des portefaix. Le sac contient notre équipement spéléo mais également les détritus que nous avons extraits de la cavité.

Ce rassemblement organisé depuis plusieurs années déjà par [notre ami du Jura] a pour objectif, outre de nous permettre de visiter la cavité dont l’accès est strictement réglementé, de participer au grand nettoyage du gouffre qui est pollué depuis 60 ans par les débris laissés au cours des premières explorations. Des « spots poubelles » (trash drives) sont régulièrement espacés tout au long du cheminement. En ce qui nous concerne nous avons sérieusement attaqué celui situé en amont de la Salle des 13, qui renfermait à l’abri d’une diaclase une foultitude d’objets hétéroclites. Cela va de la boite de conserve vide et rouillée à l’ancien réchaud en passant par de vieilles réserves alimentaires, et … une combi néoprène hors d’âge et gorgée d’eau pesant son comptant de malice.
Donc les charges sont lourdes, et nous sommes fatigués de toutes ces heures passées sous terre.
Mais, le courage aidant, nous remontons. La pente est raide au départ dans la forêt. Quelques photophores jalonnent le parcours, ils nous mèneront à bon port. Laissant à main droite le Gouffre de la Fromagère, plus haute entrée de la cavité, nous traversons le Camp des Anglais puis apercevons le Scialet des Ecritures, et atteignons enfin la barrière qui donne accès à la partie finale du plateau, en pente douce jusqu’aux voitures par le sentier des génisses. La lune est en son plein et mars également. La planète rouge resplendit de tous ses feux comme une escarboucle dans la nuit. C’est Didier qui la repère en premier, furtive entre les arbres, et maintenant altière, dominant le plateau désert. Retour au camping des Buissonnets à Méaudre vers 23 heures, la grille est fermée, tant pis, la voiture restera dehors, et nous voici bien vite à l’abri sous les tentes.
Fin de l’Aventure. Car le « Berger » en est une. Gouffre mythique exploré en 1956, premier – 1000.
Nous en rêvions depuis des mois voire des années.

Tout a commencé hier, mardi 7 août 2018, par le portage du matériel à l’entrée du Berger. Dépose des sacs sur le lapiaz et retour au camp de base en faisant un détour par la fontaine de Plénouze. Ainsi, ce matin, nous avons pu monter rapidement, sans charge et connaissant l’accès.

la suite un jeudi soir au CAF...







CLUB ALPIN FRANCAIS DIJON
5 RUE CAPORAL BROISSANT
21000  DIJON
Contactez-nous
Tél. 03 80 43 86 02
Agenda